Un aspect singulier du bouddhisme tibétain : les louanges aux vingt et une taras  

Présenter l’art tibétain à travers des pièces historiques ou contemporaines est toujours un événement singulier : le poids de l’histoire récente ne cesse d’être un prisme déformant qui pèse de façon anamorphique sur le regard du spectateur occidental, que celui-ci soit un curieux, un chercheur ou bien un habitué des images les plus inattendues. Pour tout sinologue, habitué à l’étude de différentes provinces, celle du Tibet reste une approche difficile d’une civilisation autre, complexe, mais forte.

Louanges aux vingt et une Taras, tangkhas, masques et bronzes de l’art tibétain,                            OMDP Lodève 3-30 octobre 2017, affiche de l’exposition                    © Art exhibitions China

Continuer la lecture

Aimez & partagez :

Les peintures, livres d’artiste,  installations de papier de Yuan Chin-taa

Au musée Marcel Sahut de Volvic.

Du 29 septembre au 3 novembre 2017 a lieu le deuxième volet de l’exposition itinérante qui, du Salon international du livre d’artiste Pages en mai s’achève dans la région Auvergne avant de se poursuivre en novembre et décembre prochains au centre multiculturel de Lodève, OMDP.

Continuer la lecture

Aimez & partagez :

Didier Scuderoni : au fil des peintures et des sculptures, 30 années de création

Didier Scuderoni Natures Est-Ouest : œuvres au lavis de Didier Scuderoni et Yang Ermin.

Espace culturel de Baoding (province du Hebei, Chine). Du 21 septembre au 5 octobre 2017. Catalogue bilingue français-chinois.

Né en 1964 à Privas, dans le département de l’Ardèche, de père italien et de mère normande, Didier Scuderoni s’intéresse très tôt au dessin et aux images. Adolescent, il va montrer sa soif de créer en réalisant de nombreux dessins au fusain. A 15 ans, il fait des pastels gras, puis, à 17 ans ; exécute sa première peinture murale extérieure.

Titulaire d’un diplôme d’ébéniste puis de peintre en lettres, c’est dans cette dernière filière  qu’il s’oriente, il complète ensuite son expérience professionnelle par une formation de céramiste et une formation de plasticien orientée vers le travail des résines.

Bon vivant, tourné vers les plaisirs que l’existence sait donner, Didier Scuderoni alterne travail et voyages, d’où les nombreux séjours effectués au Burkina-Fasso, au Togo, au Ghana, en Italie, en Grèce, Egypte, Espagne, Portugal, Grande Bretagne, Hollande puis en Chine et à Taiwan.

Didier Scuderoni, sculpteur muraliste et peintre                       © Didier Scuderoni

Continuer la lecture

Aimez & partagez :

Parcours d’un fresquiste : formation, expériences et approches autres

Par Alain Cardenas-Castro

A l’issue du colloque organisé autour de l’exposition « La peinture au pigment de Dunhuang   • 敦煌岩彩画 », colloque  mis en place dans le cadre de la convention triennale entre l’Académie de Dunhuang et le Muséum national d’Histoire naturelle 5 chercheurs — cinq peintres-fresquistes de l’institut de Dunhuang, et deux chercheurs du Muséum, ont proposé leurs « Regards Est – Ouest sur les murs et fresques et l’art contemporain » au Centre multiculturel OMDP de Lodève, le 1er septembre 2017.

QUELQUES RAPPELS

Lors de cette journée de réflexion et de recherche j’ai présenté mon parcours de plasticien fresquiste et médiateur-chercheur au Muséum, depuis ma formation à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (ENSBA) jusqu’à mes investigations actuelles. Ce parcours s’effectue autour des liens entre la peinture murale et le livre en passant par les différentes recherches et productions plastiques que j’ai pu mener.

Cette présentation s’est articulée en trois parties : d’abord, la partie dédiée à la formation à la technique de la peinture à fresque que j’ai suivie à L’ENSBA, ensuite, celle englobant les différentes expériences menées au cours de mon parcours artistique en tant que muraliste. Ces expériences convergent pour certaines vers mes activités de muséographe au travers d’exemples choisis. Enfin, la dernière partie, regroupe des approches expérimentales en art mural, qui participent de mes recherches plastiques, provoquant une synergie ouverte.

Continuer la lecture

Aimez & partagez :

Le renouveau de la peinture contemporaine au pigment de Dunhuang          

Huang Liuwen, Naissance (2016) couleurs minérales sur papier, 150 × 120 cm.             黄留芳 出生 纸本、矿物色。

Compte-rendu d’exposition

Centre multiculturel OMDP de Lodève du 1er au 29 septembre 2017

par Christophe Comentale

▀ Quarante-quatre œuvres peintes au pigment par 18 artistes travaillant à Dunhuang constituent les fleurons de l’exposition Le renouveau de la peinture au pigment de Dunhuang. Les oeuvres occupent quelque 800 m2 répartis sur les trois niveaux de cette église, un bâtiment construit en 1863, qui a conservé différents éléments peints à fresque. Le bâtiment, a été restauré et mis aux normes permettant la tenue d’expositions répondant aux demandes internationales. Il a, par ailleurs, conservé quelques éléments peints à fresque au XIXe siècle, cette heureuse coïncidence montre l’importance d’une technique extrêmement connue et populaire Est-Ouest.

Continuer la lecture

Aimez & partagez :

Peintures murales : de la diversité des approches Est-Ouest

Anonyme, Maitreya prêchant, dyn. des Liang du Nord (397-439), peinture murale, grotte 272, Dunhuang, 74 x 76 cm.

Vincent Broquaire, passage (2011), dessin encadré, dessin au mur, encre, Galerie Octave Cowbell, Metz,            70 x 170 cm. © Vincent Broquaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

par Alain Cardenas-Castro

Contrairement à une pratique courante, les comparaisons Est-Ouest sont parfois source d’insatisfaction, voire de désillusion. En effet, d’une part la maîtrise des cultures pour ces territoires de recherches est inégale, une des deux civilisations étant privilégiée d’emblée par rapport à l’autre. D’autre part, et par voie de conséquence, la pertinence des développements n’est pas non plus à la hauteur des approches envisagées. La convention triennale récente qui lie l’Institut de recherches de Dunhuang au Museum national d’Histoire naturelle, est dans le prolongement des différentes manifestations à venir, notamment en premier lieu, l’exposition La peintures aux couleurs minérales de Dunhuang, qui a lieu à Lodève du 1er au 29 septembre 2017, en deuxième lieu le colloque qui l’accompagne, en troisième lieu le colloque sur les fresques de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris du 23 au 27 octobre 2017, s’avèrent des facteurs positifs pour combler des manques. Continuer la lecture

Aimez & partagez :

Recherches sur la peinture au pigment chinoise, ancienne et moderne

Une convention triennale signée pour les années 2015 à 2018 entre  l’Institut de recherches archéologiques et  patrimoniales de Dunhuang et le Muséum national d’histoire naturelle (2015-2018)  permet de relancer l’importance de cette technique picturale.
Au sein de cette coopération, différents événements annuels sont prévus : séminaires de recherches, actions de formation, expositions relatives aux fresques et à l’art contemporain à Dunhuang, conférences et mise en place de thèses en codirection.

Continuer la lecture

Aimez & partagez :

Colloque international sur les cloisonnés occidentaux et chinois

Musée des cloisonnés. Beijing, 30 juin 2017. Compte-rendu.

par Christophe Comentale

Ouvert depuis 2014, le musée des cloisonnés chinois et étrangers est dirigé par Monsieur ZHU Jingyou朱景优. Cet établissement privé a pour but la promotion des cloisonnés traditionnels ou de création contemporaine. Il est situé dans une zone en pleine expansion. Autour d’une cour rectangulaire sur jardin planté de quelques arbres comme le noyer, le litchi, le poirier, sont disposés les différents bureaux de ce musée particulier. Une cinquantaine de personnes assument les responsabilités de toute société : secrétariat, comptabilité, contrôle de gestion. Le service relations publiques et l’accueil gèrent un service repas pour la préparation, le suivi des événements et l’accueil des hôtes.

Un département est dédié aux développements techniques, à la connaissance de l’histoire de cette technique. Monsieur Zhu, trentenaire dynamique, a privilégié différents axes de développement de sa société, impliquée au sein de différents organismes culturels, politiques et financiers importants, notamment le ministère de la culture et la fondation pour la dotation de projets culturels sur différents champs de la création : théâtre, peinture, culture immatérielle, art contemporain,… Continuer la lecture

Aimez & partagez :

Mésocosme et art contemporain

Par Alain Cardenas-Castro

Les présentations d’art contemporain et les interventions d’artistes prennent place dans les institutions les plus diverses – qui ne sont pas à vocation artistique – et sont courantes aujourd’hui, afin de capter un nouveau public, valoriser un patrimoine.

Pour exemple, le Musée de l’Homme propose depuis sa réouverture des parcours artistiques dans ses nouveaux espaces rénovés. Des artistes tels que Pascale Marthine Tayou, Frans Krajcberg et Théo Mercier sélectionnés pour leurs travaux en lien avec les thématiques abordées dans ce musée de sciences et de société parisien, s’y succèdent depuis 2015.

En Avignon, le musée Vouland propose actuellement un parcours qui n’est pas une mise en scène des collections ni une confrontation des biens patrimoniaux avec des créations artistiques. Il ne s’agit pas ici de réactualiser la temporalité des collections en revisitant le passé depuis le présent mais plutôt d’inclure l’art contemporain dans un musée dédié aux arts décoratifs et à l’art moderne. Cette manne inattendue générée par cette institution dynamique, s’insinue dans ses galeries et son jardin grâce au fonds de dotation Edis.

Le tapis de Chosroes 1er, roi sassanide de Perse était utilisé en hiver comme substitut de jardin afin de s’y promener en suivant les motifs ornementaux d’allées et de ruisseaux, de branchages et de fleurs de printemps… Continuer la lecture

Aimez & partagez :

Des collections entre éphémère et permanent : la fondation-musée Louis Vouland et la collection François Dautresme

par Christophe Comentale

Les contradictions, indiscrétions, confusions ne cessent d’atteindre ce qui touche la constitution, la gestion de patrimoines. Anciens, récents, ils sont assimilés à un statut d’objets hors du commun, sublimés quand tel n’est pas le cas.

Il n’empêche que, comme dit l’adage « on ne prête qu’aux riches ». La maxime demande, certes, à être explicitée, précisée, afin de ne pas laisser les nouvelles diffusées par des professionnels optimistes ou idéalistes, voire peu scrupuleux, de la communication, déformer la raison d’être du patrimoine.

En France, les statuts des musées sont régis par différents textes qui leur donnent une permanence et une stabilité face au temps qui passe et aux événements qui constellent notre vie.

Quant au concept de patrimoine, il a bien évolué au fil du temps, mais reste en dépit des critères retenus, un ensemble légué par nos pères, nos aînés, au sens plus large. Continuer la lecture

Aimez & partagez :