A propos de la diversité des cartes de vœux d’artistes : Flammes, Tigre, Galion et Lotus rouges

par Christophe Comentale

Il est de tradition d’envoyer et de recevoir des cartes de vœux, des vœux des plus divers, du Nouvel an aux naissances, aux anniversaires, aux mariages en passant par les grandes occasions, les grandes dates, les rituels importants de la vie. Quelques œuvres d’Est en Ouest.

Au fil des millénaires, des siècles, des décennies, les pratiques sociales se sont modifiées – ont été manipulées – en parallèle à des changements plus ou moins radicaux qui rythment la vie de populations. A période de religiosité intense, cartes scandant les grandes fêtes comme la naissance d’un prophète, d’un ecclésiastique hors du commun, leur résurrection. A laïcité – voire totalitarisme pur et dur -, il faut séparer, remodeler les fêtes, la liesse à d’autres rituels : fêtes du Travail, de l’Armée, des amoureux, des mères, des grands-pères, … Parfois, il faut, dans le cas d’ethnies nombreuses et auxquelles l’Etat souhaite restituer une visibilité politique, fabriquer de toutes pièces des jours fériés, ce que rappelle le professeur Wei Ronghui, styliste, graphiste en renom en Chine, directrice honoraire du musée national des minorités de Chine : « durant les années 80, nous avons réfléchi au moyen de redonner des racines à des ethnies du Yunnan. Nous devions accompagner la réapparition de jours fériés de nouveaux environnements festifs graphiques ». Que l’on ajoute la mondialisation numérique, et ce sera la fin du réel tangible pour des applications où le virtuel va créer des joies nouvelles menant à une nouvelle approche du réel quelque peu appauvri mais plus nanti de stéréotypes sociaux…

Il n’empêche qu’à cette nouvelle forme de jansénisme sociétal, les tenants des images que sont les créateurs, même, souvent, ceux qui créent des applications numériques, le besoin de l’œuvre sur support papier se fait encore sentir en cette occasion que demeure le Nouvel an.

J’ai, pour ce court développement sur un sujet qui tiendrait des volumes, choisi quelques cartes de vœux reçues cette année pour le Nouvel an occidental.

  • 1 – Alain Cardenas-Castro, Flammes (2022), Impression linogravée et typographique, acrylique et crayon graphite, diptyque, 16 x 25 cm

 

  • 2 & 3 – Béatrice Coron, Année du Tigre (2022), offset et papiers divers, pliages et système, 14 x 11cm

  

 

  • 4 – Dominique Digeon, Palmier et galion (2022), Intervention, collage de toile de Jouy sur carte postale

 

  • 5 – Lotus rouges (2022), papier teinté rouge cinabre et rehauts or, 19 x 40 cm (trois plis en continu).

Des supports

Une première constatation s’impose. Quels qu’ils soient, d’où qu’ils viennent, ces obsédés d’images, de celles qui constituent leur système graphique, ces créateurs ne cessent de se renouveler selon des périodes qui sont les leurs et sur des thèmes récurrents en raison de leur imaginaire.

Ainsi, Alain Cardenas-Castro (1961, Paris), travaille les matières les plus diverses destinées à devenir des supports d’œuvres fixes ou mobiles. Coutumier des supports fins, en particulier des papiers chinois, pour les œuvres mobiles, il apprécie la légèreté de ces textures transparentes et souples. La symbolique de ce diptyque (ill.1) permet d’appréhender un jeu entre la bichromie du rouge et du noir et des variantes de tracés divers réalisés à l’aide de tampons en relief – comme le motif des barrières – et celui du chiffre 2 dont le contour est emprunté au normographe. De cette façon, l’artiste parvient à ses fins et au tracé des 4 chiffres de cette nouvelle année. Comme le dit l’artiste : « La marque rouge vermillon d’une griffe de tigre est une marque autrement symbolique d’une empreinte indélébile qui fige nos singularités ».

Quant à Béatrice Coron (1956, Chambéry), habituée du découpage et de livres d’artistes nés entre ordinateur et découpes en tous papiers, elle a, pour la nouvelle année chinoise, celle du Tigre, qui se profile et dont elle donne la date sur le 4e pli de ce pop up, tablé sur une bichromie mise en valeur sur un papier argent semblant traduire la grisaille qui caractérise le pays de Confucius dès que l’on est au nord du Fleuve Bleu.

Dominique Digeon (1959, Paris) ne manque aucune occasion pour intervenir sur les documents les plus divers. Ces matériaux de rebut, il les a coupés, lacérés, et a, depuis des années, constitué un musée personnel de citations à base d’interventions plus ou moins lourdes sur les cartes postales qu’il rassemble. Il joue ici du collage qui vaut une réflexion entre le passé et le présent…

Enfin, en parallèle à ces vœux occidentaux et de création, une de ces imposantes cartes de vœux que les Chinois aiment s’envoyer lors du Nouvel an lunaire. La fête, son rendu propitiatoire, ne doivent en aucun cas être limités de quelque façon que ce soit. Ainsi en va-t-il de cet ensemble de lotus qui, dépliés, sont souvent affichés dans les demeures les plus diverses, fussent-elles gagnées par des applications domotiques complexes. Le symbole l’emporte toujours sur le réel, un réel avec lequel il doit être en osmose.

Ces pièces, éphémères la plupart du temps, elles sont, par périodes, envoyées au Département des estampes de la Bibliothèque nationale en raison de la spécificité de ce lieu qui va, une fois chaque imagé traitée, se charger de leur conservation et en permettre la communication selon le niveau des recherches poursuivies. Par ailleurs, différents collectionneurs dressent, pour leur plaisir, des états de leurs collections. Une autre façon de permettre une autre longévité à ces images de saison.

 

Repères bibliographiques

  • Alain Cardenas-Castro. Création artistique  et données ethno-anthropologiques péruviennes. 1915-2015 : une lignée de peintres muséographes, les Cardenas-Castro, 2 vol., 1292 p. Thèse en esthétique, sciences et technologies des arts, spécialité arts plastiques et photographie. Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis : 2021. Le dernier tome est relatif à l’œuvre de l’artiste. Site de l’artiste : alaincardenascastro.com
  • Christophe Comentale, Alain Cardenas-Castro, livres, assemblages et peintures, in AML, 2017 (317), pp. 57-61 : ill.
  • Christophe Comentale, Béatrice Coron, Vingt ans de création, in AML, 2015 (309), pp.54-63 : ill.. Site de l’artiste : beatricecoron.com
  • Christophe Comentale, Dominique Digeon, Cartes, peintures et livres, in AML, 2015 (337), pp.14-23 : ill.. Site de l’artiste : cnap.fr/dominique-digeon
  • Christophe Comentale, Les images porte-bonheur populaires en Chine. Issy-les Moulineaux : musée de la carte à jouer, 2004.225 p. : ill. Bibliog. pp. 223-225
Aimez & partagez :