Les Editions du Fenouil. Naissance d’une nouvelle collection, « Réceptions », des monographies entre Est et Ouest

par Christophe Comentale

 

Lieu de diversité textuelle et iconographique, creuset de sujets entre textes et image, les éditions du Fenouil ont fait leur apparition en 1985. Depuis plusieurs années, elles ont acquis une visibilité saisonnière ou plus vivace qui contribue de donner vie à des livres de types différents.

 

Des livres d’artistes

Ces livres, ils sont le reflet de moments, d’événements, de contributions aussi diverses que le plaisir retiré de ces titres créés entre un auteur et un plasticien, des livres d’artistes, de créateurs et d’auteurs tels que celui coédité avec Rémi Champseit, qui commence cette collaboration ouverte en 2007 avec un carnet-accordéon [ou leporello] Les cafetières. Les titres ont suivi depuis lors, au fil des rencontres avec différents créateurs : Alain Cardenas-Castro, Philippe Clerc, Frédéric Harranger, Joël Leick, Anna Romanello, Jean-Pierre Thomas, …

Des catalogues d’expositions

Avec l’ouverture progressive de l’Asie sinisée et les interactions Est-Ouest, en particulier entre la France et la Chine, les événements se sont multipliés et le travail de commissaire s’est accompagné d’une édition de catalogues, parfois des ouvrages – devenus des ouvrages de référence – qui font le point sur plusieurs décennies d’un travail trouvant son aboutissement lors d’une exposition rétrospective, notamment les catalogues d’artistes chinois comme Yang Ermin ou taiwanais tel Yuan Chin-taa, ou, plus récemment avec la première monographie sur Pierre-Yves Coustère (1938-2017).

Une collection nouvelle, Réceptions

La rencontre avec Ma Li Dautresme, architecte d’intérieur, directrice artistique et directrice de collection, a permis une orientation autre. Comme elle le souligne dans une interview récente, « je souhaite créer un lieu d’échanges entre artistes, designers et des ponts avec d’autres catégories socio-professionnelles toujours avides d’images, de textes, d’inspirations, de rencontres aussi. Ces rencontres, elles auront un lieu, celui de la maison-galerie où je compte accueillir dès la mi 2021 des artistes et créateurs émergents, confirmés… ».

Une volonté enthousiaste qui a permis de donner une impulsion autre à cette maison d’édition particulière, et, somme toute, conçue, à l’origine, afin de permettre à des isolés de l’édition institutionnelle de, très simplement, exister. Ainsi, avec la collection d’ouvrages Est-Ouest, Réceptions, qui devrait voir une dizaine de titres publiés chaque année au catalogue, continue cette prospection au pays du réel, cette envie de creuser des sujets marginaux mais fondamentaux pour la liberté d’esprit de tout un chacun. Des façons transversales d’aborder les arts, la psychanalyse ou l’histoire, avec la présentation de thèmes relatifs à l’Occident ou à l’Asie sinisée, traités sur une période ancienne, moderne ou contemporaine…


  • Pierre-Yves Coustère. Des envers de décors aux architectures sensuelles et rupestres (16 janvier 2021). (45 p. : ill. en noir et en coul.).

Pierre-Yves Coustère (1938-2017), acteur, danseur et peintre, a mené une éblouissante carrière, partagée entre la représentation de nus masculins dessinés ou peints dans des décors inquiétants avec une précision néoclassique digne de ceux d’Hippolyte Flandrin ou au fil d‘architectures insensées attaquées par les réseaux de signes qu’aurait affectionnés Tapies. Cette publication est la première consacrée à l’artiste.


 ▪▪ Les parcours de Christophe le réprouvé (8 décembre 2020). (52 p. : ill. en noir et en coul.).

Le personnage de Saint Christophe ne cesse d’interroger, à mi-chemin entre le sacré et le profane, tandis qu’une émanation plus noire, celle d’Alex, ou plus lointaine avec Ksitigarba, montrent des prolongements inattendus de cet homme entouré de mystère. Différents artistes ont accompagné ce récit de leur vision des choses. Vues, senties, attirantes et mystérieuses.


▪▪▪ Fragments d’exotisme et voyage au pays du divers et Le Manuel interdit des Pivoines. (déc. 2020). (45 p. : ill. en noir et en coul.).

Pourquoi dans un même volume publier un Essai sur l’exotisme et un Manuel des pivoines ? Tous deux sont aussi improbables l’un que l’autre face au réel normalisé dans lequel le quotidien va pas à pas. Pour le plaisir, d’une part, de voir comment la notion d’exotisme fluctue, de l’autre, de se plonger dans l’imaginaire chinois enrichi d’oeuvres occidentales – un livre d’artiste sur les pivoines – sur un thème aussi sérieux que celui d’un aspect botanique sublimé. D’autres livres sont à paraître. Gageons qu’ils surprendront mais donneront envie au lecteur d’en attendre d’autres. Ma Li Dautresme


▪▪▪▪ Le Traité des pousses de bambou ou Notes des échos septentrionaux (fin janvier 2021) (52 p. : ill. en noir et en coul.).

La Nature est l’élément qui rythme le quotidien des hommes en Chine, tout comme la terre nourricière continue de donner un mode de vie particulier et enjoué à la Chine du 21e siècle. Le pays se souvient du respect avec lequel il doit traiter l’environnement, comme le montre le vaste projet écologique (1978-2074) de Grande muraille verte de Chine [三北防护林] , qui préconise la plantation de forêts destinées à freiner la progression du désert de Gobi, à lutter contre le réchauffement climatique global et à réparer la déforestation passée. Il trouve ici un écho avec le soin que les lettrés ont tôt mis en œuvre pour répertorier les végétaux qui font la richesse de leur pays. Ainsi en va-t-il de ce lettré qui a vécu voilà plus de mille ans et laissé une liste singulière de pousses de bambou, vantées pour leur goût ou leur résistance, voire leur transformation en objets de curiosité…


▪▪▪▪▪ Cai Lun, Le premier papetier. Le marquis Cai, papetier impérial (janvier 2021) (60 p. ill. en noir et en coul).

La solitude tragique à laquelle Cai Lun est voué, et, parallèlement, l’intérêt plus ou moins vif qu’il aurait manifesté pour un moyen de propagation du savoir à un nombre d’hommes toujours croissant, sont deux contrastes qui suffisent à eux seuls à s’attacher à ce personnage connu par quelques caractères tracés dans l’Histoire des Han postérieurs [23 – 220], document compilé par divers membres de la famille Ban [Ban Gu et sa sœur Ban Zhao]. De ces notations laconiques, complétées par d’autres, plus tardives, naît tout naturellement un besoin de donner plus de relief à une vie passée dans un relatif isolement.


▪▪▪▪▪▪ Un nouveau regard sur le Globe d’Alain Cardenas-Castro

A paraître au cours du 1er semestre 2021 : Un nouveau regard sur le Globe d’Alain Cardenas-Castro, ce chercheur et plasticien a jugé important de faire le point sur une de ses œuvres, un dessin sur calebasse.


D’autres auteurs sont prévus pour l’année 2021 : Chang Shana, Nathalie Moshnyager,… D’autres thèmes vont être traités, en particulier les céramiques ou les sujets propitiatoires en caoutchouc de la collection François Dautresme.

 

Aimez & partagez :