Les coquelicots noirs ou « Lines written », livre d’artiste de Motoko Tachikawa

par Christophe Comentale

Lines written, texte de Philip Parfitt, interventions de Motoko Tachikawa. Paris : chez l’autrice, 2022. Carnet-accordéon à 14 plis. Couverture originale en lavis de la plasticienne, impression sérigraphique pour les pages intérieures. 30 ex. num. & signés.

Lines written, texte de Philip Parfitt, interventions de Motoko Tachikawa. Page de couverture.

Botaniste en constante transition entre réel et fiction, celle de ces végétaux qui deviennent des gestes et ébauches calligraphiques, Motoko Tachikawa a livré depuis plusieurs décennies une série de carnets-accordéons constituant une flore unique, celle qui rassemble les envies et parcours de cette femme peintre, graveuse et performeuse.

Continuer la lecture

Régis Sénèque : Exposition Passé vivant

par Clara Ruestchmann et Christophe Comentale

 

Rencontre entre un créateur et des architectes humanistes le temps d’une exposition.

Régis Sénèque (1970, Paris), plasticien, fresquiste et photographe investit au 8 bis rue d’Annam, l’atelier Martel, un collectif d’architectes engagé dans le soutien à la création artistique et œuvrant pour une architecture transversale, associant pratique architecturale située et réflexive et expressions culturelles contemporaines dans une démarche interdisciplinaire.

Exposition du 9 juin au 2 septembre 2022. Contact Presse : Clara Ruestchmann c.ruestchmann@ateliermartel.com  /  06 13 01 66 41 – 09 63 20 87 57. Visites organisées sur réservation.

 

Ce créateur livre un fonds photographique familial de quelque 40 photos, un parcours souvenir et sublimé assez voisin des voyages de Ségalen, entre intériorité et réel. Sensibilité des vues, Concentration intérieure dans les dessins et performances :

« Comment prendre conscience de la loyauté invisible qui nous lie à nos aïeux et au passé ? Comment rediriger notre attention pour, hier comme aujourd’hui, mettre l’humain en lumière ? Par une intervention in situ de grande ampleur jouant avec l’espace et l’architecture, et par un ensemble de dessins, d’archives photographiques et de matières dialoguant avec la structure de l’agence, l’exposition propose une mise en lumière par le frottement de la craie grasse dorée. Elle transforme la structure interne de l’agence en un tissu doré porteur de mots et de témoignages lointains. Les œuvres disposées sur ce tissu réactivent notre mémoire collective coloniale, la mettent en lumière, et avec elle ses fantômes, ses absent·es et ses invisibles ; réactivant ainsi les images sensibles d’un réel disparu ». Régis Sénèque

Régis Sénèque. Passé vivant 01 : A la mémoire (2022), photographie d’archive, détail (arrière grand-mère de l’artiste) © Michel Martzloff

Continuer la lecture

A propos du … Lauréat du Concours 2022 du livre d’artiste de la ville d’Issy-les-Moulineaux, « Ombre et lumière du tarot. Chronique d’un monde disparu ».

par Frédéric Harranger et Christophe Comentale

Parallèlement à la numérisation sociale, vaste processus technico-politique qui permet d’ores et déjà de simplifier de façon harmonieuse — le plus souvent — et autoritaire — aussi — les transactions du quotidien, le goût et les envies continuent d’induire une production artistique dont le livre d’artiste est un des indices forts. Cette présence de documents de tous types, réalisés en tous formats et selon les techniques les plus libres continue de donner à la création toutes ses facettes possibles.

 

Forte d’un fonds de près d’un millier de livres d’artistes qui sont un florilège d’œuvres allant des années 60 du 20e siècle à nos jours, et afin d’assurer une continuité à la présence de ce type de document dans les collections de la médiathèque, une acquisition de livre d’artiste peut être faite par le biais d’un concours annuel comprenant un appel à candidatures. Au lauréat sélectionné est attribué un prix de 1000 euros, l’œuvre entrant alors dans les fonds de la médiathèque et faisant l’objet d’une présentation particulière lors du Salon du livre qui se tient en la commune d’Issy-les-Moulineaux le 11 juin.

Le jury réuni cette année était composé de professionnels du livre et de la lecture, Mesdames Hélène Valloteau conservateur en chef à la bibliothèque Francoise Sagan (Paris), Madame Candice Attard, directrice des affaires culturelles, Laetitia Cuisinier, chargée de programmation à la ville d’Issy-les-Moulineaux, Monsieur Jean-Marc Thommen, directeur des Arcades, l’école d’art de la ville d’Issy-les-Moulineaux, Denis Butaye, directeur du musée de la carte à jouer, Gwenael Beuchet, chargé de conservation au musée de la carte à jouer, Philippe Colomb, directeur adjoint de la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux, Virgile Legrand, éditeur, Frédéric Harranger, en charge des fonds de livres d’artistes à la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux et Christophe Comentale, Conservateur en chef honoraire et Directeur scientifique au Musée de l’Homme – MNHN, collaborateur à la revue Art & métiers du livre, s’est réuni afin de procéder à la sélection de l’œuvre retenue.

Sept livres sont parvenus à la médiathèque :

Continuer la lecture

De la sculpture contemporaine : à propos de « Vertèbre T1 », nouvelle œuvre de Didier Scuderoni

par Alain cardenas-Castro

De l’infiniment petit au démesuré, le challenge est relevé par des artistes chercheurs désireux de pénétrer les formes les plus abstraites afin de leur insuffler une vie autre. Le rapport entre art et science trouve tout son impact en un siècle qui hésite entre la magie du virtuel et la sensualité de l’œuvre présente et source de patrimoine tangible. Portrait d’un sculpteur hédoniste.


(Ill. 1 et 2). Ci-dessus, de gauche à droite. Didier Scuderoni, Buste (2019) et Buste II (2019), résine synthétique, pigment acrylique, laiton, 60 x 56 x 36 cm. © Didier Scuderoni



(Ill. 3). Ci-dessus. Didier Scuderoni. Lierre de lettres (2013), résine synthétique, pigment acrylique, laiton, 150 x 56 x 36 cm. © Didier Scuderoni


Continuer la lecture

Un salon du livre d’artiste singulier à Nevers

par Marie-Paule Peronnet

L’été est propice aux manifestations artistiques, les œuvres sont davantage sollicitées à la curiosité ordinaire. Souhaitons que ça dure. Tel doit être l’avis de Marc Vernier, commissaire général du Salon du livre d’artiste et des métiers du livre, qui a, après différents reports, pu rassembler une quarantaine de professionnels de ces domaines singuliers dans la superbe ville de Nevers.

 

Voilà deux ans que tout était prêt… Graveurs, relieurs, créateurs de livres d’artiste ou de livres-objet, peintres, illustrateurs, calligraphes, éditeurs indépendants, tous sont de retour pour montrer le dynamisme de leurs professions, multiples et complémentaires. Trente-neuf participants sont réunis sous les voûtes du Palais ducal, joyau architectural des 15e et 16e siècles.

Parmi les présents, Daniel Besace, Alain Cardenas-Castro, Dbl-j (Léonore Fandol, et pH), Odile Frachet, Pascale Simonet, Christine Verdini, Marc Vernier. Mentionnons également Marjon Mude, Marie-Sol Parant, Edith Schmid,, Patrick Van Acker, …

Daniel Besace

Alain Cardenas-Castro

Dbl-j (Léonore Fandol, et pH)

Odile Frachet

Pascale Simonet

Christine Verdini

Marc Vernier

Continuer la lecture

De PArC 2022 à Younique

par Alain Cardenas-Castro

Quarante-cinq galeries au neuvième PArC. Une seule galerie française orientée Pérou et échanges Est-Ouest donne le ton d’une meilleure visibilité sur la création contemporaine qui rassemble tendances hispanisantes et pluriethniques.

La neuvième édition de PArC, Peru Arte Contemporáneo, a eu lieu du 20 au 24 avril 2022. Intégrée à l’univers Pinta — nom donné à cette plateforme englobant Pinta Miami et Baphoto pour regrouper ses événements afin de renforcer son objectif d’expansion de l’art latino-américain depuis plus de 15 ans —, Pinta PArC sera bientôt rejoint par Pinta Sud au Paraguay et Pinta Basel en Suisse. La foire d’art internationale la plus remarquable du Pérou s’est caractérisée par un programme expérimental ambitieux. Pinta PArC qui se positionne parmi les plateformes d’échange culturel les plus pertinentes du moment s’est tenue durant une semaine à la Casa Prado au cœur du quartier de Miraflores à Lima.

Continuer la lecture

« Uluru », ou quand la création artistique sublime l’ethnologie

par Alain Cardenas-Castro, Christophe Comentale et Frédéric Harranger

Werner Lambersy, Uluru, ce que me dit le didjeridoo, poème de W. Lambersy, 7 héliogravures originales de Jacqueline Ricard. Paris : La cour pavée, 2005. [36] p.
tirage par l’artiste sur papier Lana 300 g, typographie gravée dans le cuivre et tirée sur presse taille-douce.

Justification de l’édition : 36 ex. sig. et num. dont 20 ex. courants
étui toilé, 17cm x 28 cm
10 ex. de tête comprenant le livre et la suite des 7 gravures num.et sig. coffret toilé, 30 x 36 cm

Continuer la lecture

Cinq artistes français : des reflets de l’art contemporain

L’importante exposition estivale du centre culturel de Chenghua est intrigante à plus d’un titre, d’une part, elle va mettre en parallèle la création taiwanaise et internationale, de l’autre, elle va mettre en présence des artistes très différents.

Pour ce qui a trait aux 5 artistes français résidant dans l’hexagone, deux femmes et trois hommes, la sélection permet d’appréhender diversité géographique, Alain Cardenas-Castro est Parisien, deux autres, Viola Corp et Marc Brunier-Mestas, vivent à Riom dans le centre de la France, deux autres enfin sont dans le sud du pays, Irène Faivre et Christian Cerisola sont proches de Montpellier.

Continuer la lecture

Ai Weiwei: A Chinese Artist from Beijing to Palermo, through New York

by Giusi Tamburello[1]

In lieu of an introduction

According to Leo Spitzer (1887-1960), when dealing with a literary text to observe it from the point of view of stylistic criticism it is necessary to find a starting point. The starting point can be considered as the element that differentiates what that very writer does with the language from what other writers of the same epoch, or of other epochs, do. If the same technique is applied to works of art, then there is too a “starting point” to be considered while keeping in mind that the starting point depends on the sensibility of the critic, and that it can be changed at will.[2]

In “Odyssey”, the work of Ai Weiwei 艾未未 (1957 –   ) presented in Palermo,[3] at first gaze there are a few elements that attract the viewer’s attention: the dimension of the work, which develops over one thousand square meters of wallpaper; the fact that the wallpaper is transposed on the floor; the density of the drawings decorating the wallpaper. This paper will elaborate on these “starting point” elements, but before doing this, it seems necessary to underline some aspects which are characteristic of the artistic experience of Ai Weiwei, a contemporary Chinese conceptual artist well-known all over the world for his multi-faceted production as well as for his being politically engagée.[4]

In the Chinese tradition, not differently from other cultures, the intellectual not only produces art but also represents the cultural consciousness of the country. In traditional China, intellectuals would later become employed as officials in the imperial government. They were selected through examinations based on the knowledge of books, the five Classics,[5] characterized by their humanistic contents, and the position of official and intellectual would in most cases coincide. Therefore, in order to be loyal to the emperor, officials bore the burden of ‘informing’ him about what was not working in the deeds of the government. According to the emperor’s will, such sense of responsibility by the side of the official could be welcomed, or produce disappointment, followed by a subsequent order to exile, cause his detention or, in the worst cases, a death sentence.

Within this cultural frame, Chinese intellectuals have always preserved their right to dissent when convinced of the need for action in order to make things better for their Country. At the same time, they have consciously or unconsciously absorbed the idea of a kind of self-censorship as a means of self-preservation.

Continuer la lecture

Libres comme l’Art

Compte-rendu d’exposition

par Alain Cardenas-Castro et Christophe Comentale

Du 29 novembre 2021 au 29 janvier 2022 a eu lieu en l’Espace Niemeyer sis au siège du PCF (Parti communiste français), place du Colonel Fabien à Paris, l’exposition Libres comme l’art. Pour l’occasion, un ensemble d’œuvres provenant de fonds divers a fait l’objet d’un regroupement unique d’œuvres qui reflète la volonté politique d’une commémoration du centenaire du PCF et à l’initiative du sénateur Pierre Laurent[1] (1957, Paris), dont il est le secrétaire général..

Ce type de manifestation est révélateur du besoin des environnements politiques de s’accompagner d’un contexte au sein duquel la culture s’avère un moteur de diversité, de bonheur et aussi de source de justice…

Siège du PCF (achevé en 1971), Paris. Architecte Oscar Niemeyer

Continuer la lecture