Maisons, divinités et personnages de bois

par Christophe Comentale
Il est maintenant bien connu et admis que le bois est le matériau le plus utilisé en Chine pour la conception des structures immobilières. On a retrouvé des poteaux de fondations de maisons sur différents sites néolithiques, notamment à Liangzhu (3300-2000 av. n. ère), site imposant situé dans le delta du fleuve Yangzi ou Fleuve Bleu.
Pour fermer, orner, protéger de tels lieux de vie, les artisans sont, au fil des dynasties,  sollicités et vont redoubler d’inventivité ou au contraire reproduire des thèmes littéraires ou des motifs propitiatoires connus de tous et compris au premier regard pour donner un certain cachet aux demeures.
Les artisans chinois n’ont jamais cessé de produire des bois sculptés, les provinces côtières du Jiangsu et d’une importante partie du sud du pays montrent l’intérêt pour ce matériau aux ressources multiples.
Les notes consignées ci-après permettent de voir les imbrications entre le quotidien, les récits et le plaisir de ces reliefs de qualités très variables. Une constante : l’utile doit être beau, agréable à vivre.

    

   

Les collections françaises ne sont pas exceptionnellement riches en bois décoratifs chinois. Signalons l’imposant lit de la collection Louis Vouland à Avignon où cette pièce de mobilier est exposée dans la « chambre rouge », ainsi nommée en raison de ses tentures.

 

Aimez & partagez :