La collection François Dautresme entre objets d’art populaire et design intuitif

par Ma Li Dautresme
Propos introductifs d’Alain Cardenas-Castro et Christophe Comentale

Depuis la création du Musée chinois du quotidien le 11 juillet 2017, les choses ont un peu évolué, mais pas de façon exagérée !
La vie d’un musée est faite de répétition(s), toutes dans une continuité : il y a ce que le public voit quand il entre visiter les lieux, il y a aussi tout le travail de préparation, de conservation, les mouvements des collections, des objets. Bref tout ce qui se fait, en interne, pour que, progressivement, au fil du temps, les choses avancent. Cet axe bien spécifique, le travail sur les collections, ne cesse de préciser le statut et la valeur spécifique des pièces.
En parallèle, il est normal que des publications étoffent, accompagnent cet ensemble de données.
C’est pourquoi nous avons demandé à Ma Li Dautresme, elle aussi à l’initiative de ce beau projet, de nous livrer le fruit de son observation sur les collections familiales. Elle a choisi un texte  qui a déjà quelques années : il s’agit de son mémoire La collection François Dautresme entre objets d’art populaire et design intuitif, texte rédigé en 2016 alors qu’elle fréquentait l’école Camondo (Paris).

Aimez & partagez :