Recension

Lastenia, Larriva de Llona, Cuentos. Lima : Maquinaciones, 2019. (Narrativa)

par Alain Cardenas-Castro

Le Pérou redécouvre ses créateurs.

Une étrange collaboration que celle qui unit Lastina Larriva de Llona (1848-1924) — l’intéressée naît la même année que Gauguin — à l’artiste Juan Manuel Cardenas-Castro. Quant à cette femme de lettres, elle a marqué la génération des auteurs qui donnent la plus haute importance à l’illustration au Pérou. Lastenia Larriva appartient au club littéraire L’Athénée (El Ateneo) qui se développe à Lima. Elle ne cessera du reste de se consacrer à la création littéraire et son activité de femmes de lettres, le montre bien, la présence de ses œuvres s’intensifie en effet entre 1888 et 1890, notamment avec la publication d’études sociologiques et psychologiques sous le pseudonyme de N. Mayer pour le quotidien péruvien El Comercio (1895). Elle dirigera ensuite la revue mensuelle La Mujer Peruana (1916-1920), elle est par ailleurs l’auteur de Un drama singular o historia de una familia (1888 et 1920) et également d’une nouvelle Pro Patria. On lui doit surtout le recueil de nouvelles de Cuentos (1919). C’est avec une surprise mêlée de satisfaction que j’ai eu connaissance de cette publication toute récente.

Une bonne dizaine d’illustrations occupent le recueil de ces 14 nouvelles : Le conte du fossoyeur, Une histoire comme tant d’autres, Le roi Hérode, Mystère, Lendemain de Printemps, Fatalité, Une fête céleste, Inexplicable, Iris, L’enfant jésus de Téodore, Soleil d’hiver, Conte et aussi histoire, L’irréparable et Le chemin de croix.

Les illustrations dues à Juan Manuel Cardenas-Castro sont d’une approche réaliste, comme empreintes d’une modernité liée à la fréquentation régulière des spectacles et des événements.

Dans le conte Cuento del sepulturo on reconnaît un cimetière qui fait penser à cette autre illustration de Juan Manuel Cardenas-Castro liée, à un scandale qui a eu lieu dans le cimetière de Lima en 1917 (ill. 1). Cette œuvre de l’artiste est parue dans la revue Variedades[1].

      


Ci-dessus, de gauche à droite, (ill. 1) dessin de Juan Manuel Cardenas-Castro illustrant l’article « Norka Rouskaya baila en el cimenterio de Lima » publié dans le numéro 506 de la revue Variedades paru le 10 novembre 1917 ; (ill. 2) Cuento del sepulturo illustré par JMCC et publié dans le livre « Cuentos » de Lastenia, Larriva de Llona en 1919.


 

[1] [A propos de la revue Variedades, voir l’article Juan Manuel Cardenas-Castro et la revue « Variedades » 1917-1920 (4) publié le 16 avril 2018 sur le site Sciences & art contemporain, où j’ai montré l’importance de cette publication et aussi le rôle important que Juan Manuel Cardenas-Castro y a joué en tant qu’illustrateur].

 

A quand une édition en français de cette collaboration intense ?

 

Aimez & partagez :