Le livre d’artiste, un livre qui n’est pas un livre

Institut catholique de Paris, Bibliothèque de Fels,

Le livre d’artiste, un livre qui n’est pas un livre. Du 5 au 28 février 2020, du lundi au vendredi, de 9h à 19h.

Commissariat de Guillaume Boyer, Alain Cardenas-Castro et Christophe Comentale

Quelques mots avant de tourner autour des vitrines

Comme le rappelle l’un des commissaires, Christophe Comentale, « Depuis que j’ai le plaisir d’expliquer le raffinement, la diversité des sources et des images dans l’Asie sinisée aux étudiants du département d’histoire de l’art de l’institut catholique de Paris ou bien lors de conférences et manifestations diverses, ici ou là [plutôt en Chine], je m’aperçois, dès que je veux comparer ce qui peut l’être, que les regards sont un peu perdus. En ces temps de surinformation disparate, regarder les sites, les bases et les banques d’images, cela est, certes, bien, mais encore faut-il se rappeler ce que l’on a vu, comprendre ces images parfois presque surréelles tellement les outils informatiques les ont trafiquées, amenées à un statut complètement impossible. Lorsque les étudiants pénètrent dans des créneaux chronologiques plus anciens, ils semblent perdre pied et, s’ils ont devant les yeux simultanément une gravure sur bois occidentale du XVe siècle ou une divinité tutélaire chinoise, alors les choses se compliquent. Il en va de même quand on leur présente une œuvre de jeunesse de Zao Wuki [Zhao Wuji] et un estampage de la dynastie des Han ! Ils sont très sérieux, trop sérieux, parfois ! L’historien de l’art, tel un détective, doit autant aimer les images que les gens, savoir vivre avec, même si ces œuvres sont parfois discrètes, reléguées, hors du temps, oubliées »…

C’est pourquoi cet ensemble d’oeuvres qui constituent notre choix de livres de création – à notre avis improprement appelés d’artistes, tout comme art book est insuffisant en anglais ou tout autant chuangzuo shu 创作书 [livre de création] voire shougongshu 手工书 [livre artisanal] en chinois – doit leur permettre de regarder avec une simplicité toute franciscaine des livres a priori disparates, en tout cas hors des normes du livre instituées par le milieu de l’édition. Il s’agit de livres nés des envies, des désirs d’auteurs divers et variés, des auteurs qui aiment jouer avec les mots, avec les matériaux et autant avec les formes…

       

Bref, cette quinzaine de livres risque d’en désorienter certains, mais, comme beaucoup veulent se colleter à l’art moderne et contemporain international, ce petit parcours pourra être, pour certains, un bon début.


Ci-dessus, (ill. 8), livre n°1 – Marc Brunier-Mestas, Sales bêtes ; (ill. 2 et 3), livre n°6 – Béatrice Coron, The impatient patient ; (ill. 4), livre n°7 – Dominique Digeon, Dites, qu’avez-vous vu ?


Quelques rappels

Un texte qui date déjà, Pour une nouvelle bibliophilie, texte que j’avais rédigé en 1991 pour la revue AML, me faisait (me) poser la question de la nécessité de certains formalismes, de leur persistance étrange,… Cette idée, depuis les années 90 nous a semblé devoir continuer d’évoluer, ou, plus précisément, accepter des définitions autres du livre. Ainsi, à plusieurs reprises, il a été possible de montrer des mises en espace de livres — des livres œuvres d’art,  — en fait pas seulement, peu ou pas du tout des livres — pas seulement par leur valeur marchande, mais plutôt par leur impact intellectuel, graphique, esthétique. Tout comme les interactions culturelles, politiques, sociales, économiques aussi ne cessent de peser de tout leur poids sur le goût, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit.


Ci-dessus, (ill.11 et 12), livre n°3 – Alain Cardenas-Castro, Halos, textes de Christophe Comentale ; (ill. 15 et 16), livre n°2 – Cardenas-Castro, Alain, Les Récipients et accessoires des sens, texte de Christophe Comentale, peintures d’Alain Cardenas-Castro. visuels ©Jean-Christophe Domenech


C’est pourquoi, du 30 juillet au 30 octobre 2018, une centaine de documents archéologiques, graphiques et iconographiques montrant la diversité du patrimoine chinois ou occidental, ont été exposés au Musée du centre national de protection du patrimoine, à l’Académie des sciences de Dunhuang (province du Gansu, Chine).

Comme le livre d’artiste ne cesse d’attirer les curiosités au niveau international, notamment avec la Chine, nous avons jugé primordial de mettre en place des événements Est – Ouest qui permettent des regards croisés, divers, des publics européens et chinois.

Trois expositions de ce type ont eu lieu à ce jour :

  • Septembre 1998 : Nouvelles bibliophilies Est-Ouest, Bibliothèque de la capitale, Beijing,
  • ● Juin 2007 : Le livre d’artiste, de Matisse à l’art contemporain, Musée d’histoire, Taipei,
  • ●● Juillet-octobre  2017, Du livre d’archéologie au livre d’artiste Est-Ouest, Musée national de la conservation des fresques de Dunhuang, Mogao.

Si l’on regarde les dates de ces manifestations, pratiquement 10 ans d’attente entre chacune…

Cette dernière manifestation est importante puisque c’est la première fois qu’un patrimoine contemporain fait écho à des pièces chinoises anciennes et modernes. Deux articles parus sur le blog Science et art contemporain (voir ci-après) ont fait le point sur la manifestation et sur le commissariat que nous avons effectué avec notre collègue, Madame LOU Jie娄婕, directrice du musée. Les liens sont rappelés ci-après à toutes fins utiles.

Ce catalogue (bibliothèque de Fels) est aussi un livre sur l’histoire du livre en Chine. Une importante partie historique traite de l’évolution de ses formes de reliure (os oraculaires, fiches de bambou, manuscrits contemporains des Tang (618-907),… Pour l’occasion, la bibliothèque de Dunhuang a exposé des pièces rares et caractéristiques de la diversité des supports du livre en Chine. Notons aussi quelques prêts de pièces provenant de la collection Terre sainte conservée à l’institut catholique de Paris.


Ci-dessus, (ill. 9 et 10), livre n°5 – Christophe Comentale, Taches ; (ill. 6 et 7), livre n°11 – Andrea Krupp, Nottamun town.


Des livres exposés

(ill. 17), livre n° 8 – Jean Dubuffet, Nunc stans.

L’esthétique sous-jacente de ces livres est large : un livre de Dubuffet (1966), auteur connu pour son appartenance à l’art brut et dont une calligraphie de ce créateur orne de façon magistrale le plat supérieur (n° 8) : le rendu phonétique des mots, parfois amusant tellement il se veut simple n’empêche nullement un style calligraphique qui traduit un caractère fort. Dubuffet n’a cessé d’assimiler propos graphiques et calligraphie en un ensemble signifiant et visuel, rappelant le binôme texte-image en Chine, à la marge en Occident.

Pour le reste, la plupart des présents aiment les dialogues libres entre visuel et texte. Certains textes imprimés (Les n°s 1, 6, 10, et 13) se rapprochent parfois plus de l’édition traditionnelle, n’était le côté dérisoire que l’édition d’un Michel Tabanou (n°13), très influencé par le courant surréaliste qui lui permet de mêler de façon quasi scientifique un livre qui sort de l’imprimante personnelle et sur la couverture duquel est collée par l’extrémité de ses quatre pattes une mouche comme prise au piège de ces rubans adhésifs en kraft sur lesquels venaient se prendre les pattes ces insectes indésirables et invasifs lors des chaleurs de l’été.


Ci-dessus, (ill. 13), livre n°9 – Frédéric Harranger, Chlorophytums et mahonias, texte de Christophe Comentale, peintures de Frédéric Harranger ; (ill. 5), livre n°10 – Daniel Heinsius, Eloge du pou ; (ill 14), livre n°12 – José San Martin, Pasquinades, texte de Christophe Comentale ; (ill. 1), livre n°13 – Michel Tabanou, 134 mouches sélectionnées.


La reliure ne doit pas être un obstacle à l’édition des livres, le manuscrit unique (n° 4, 7 ) ou répété à quelques exemplaires (n°s 2, 3, 5, 9, 12) et réalisé sur un carnet-accordéon — appelé souvent leporello en souvenir du carnet dépliant utilisé par le valet de Don Juan pour noter les noms des conquêtes de son maître — est un format courant en Asie sinisée pour la création d’œuvres graphiques ou de calligraphie. Le support a été détourné pour sa facilité d’utilisation et aussi pour les possibilités de mise en page narratives plus libres que le séquençage des pages face contre face en Occident.

La symbiose manuscrit et collage calligraphié unique (n° 7) donne des œuvres surprenantes qui illustrent cette importance de la liberté d’esprit caractérisant les plasticiens et auteurs les plus divers.

Les procédés de reproduction les plus ouverts comme la gravure sur bois (n° 11) sont aussi un moyen d’éditer des livres à un nombre d’exemplaires modeste mais pour une diffusion déjà autre du livre.

La diffusion de ces livres inquiète — à juste titre — beaucoup le public qui se pose la question de la vente de ces créations. Si l’on excepte d’une part l’art conçu sous l’Ancien régime, donc jusqu’à la fin du XVIIIe siècle et de l’autre, les actions de l’Etat qui continue par divers biais de subventionner différents artistes, seules, des ressources propres aideront un créateur à aller au bout de ses envies. Presque aucun ne pourra, cependant, compter indéfiniment que sur ses propres forces ! Pour les autres créateurs, quel que soit leur domaine de création, il faudra — outre un certain talent, de la suite dans les idées et de l’inventivité pour aller de l’avant… Savoir exister dans une société complexe qui risque — pour d’autres raisons — de lui reconnaître du génie alors qu’il aura disparu !

Quoi qu’il en soit, si le plaisir des images demeure face à ces œuvres, tant mieux ! Et c’est bien là le plus important !

Bibliographie succincte

  • Du livre d’archéologie au livre d’artiste d’Est en Ouest publié le 23 juillet 2018 sur le blog Science et art contemporain.
  • Du livre d’archéologie au livre d’artiste d’Est en Ouest (2) publié le 3 août 2018 sur le blog Science et art contemporain.
  • Du livre de signes au livre d’artiste d’Est en Ouest / Christophe Comentale (Dir.), Lou Jie (Dir.), Alain Cardenas-Castro, Emmanuel Lincot. Shenyang : Editions des éditions artistiques du Liaoning, 2019. 139 p. : ill. en coul., 13,5 x 27 cm. [catalogue de l’exposition de livres d’artistes qui s’est tenue au musée du Centre de recherches de Dunhuang en 2017].
  • Comentale, Christophe, Pour une nouvelle bibliophilie in : Art et métiers du livre, 2001 (224), pp. 16-17 : 2 ill.
  • Comentale, Christophe, Le livre d’artiste d’est en ouest. in : Art et métiers du livre, juil.-août, 2010 (279), p. 42-53 : ill.
  • Comentale, Christophe, Alain Cardenas-Castro, Livres portables, accordéons et travaux sur papier in : Art et Métiers du Livre, 2016 (317), pp. 56-61, : ill.
  • Comentale, Christophe, Les pop up de Philippe UG in : Art et métiers du livre, juil.-août, (285), p. 42-53 : ill.
  • Comentale, Christophe, Marc Vernier, fondateur des Editions du Farfadet in : Art et métiers du livre, 2004 (240), pp.68-71 : 9 ill. en coul.
  • Comentale, Christophe, Ye Xin, livres et calligraphies sur papier in : Art et métiers du livre, 2007 (267), pp. 40-51 : ill.
  • Comentale, Christophe, Zhao Wuji, le peintre-graveur de la rue Jonquoy Taipei : centre d’art international Dayang siji, 2013. 39 p. : ill.
  • Comentale, Christophe, Le livre d’artiste, définitions et regards sur l’actualité in : Le livre d’artiste occidental, de Matisse au Modernisme, exposition du Musée d’histoire de Taipei. Taipei : Musée national d’histoire, 2007. 214 p. Texte bilingue français-chinois.

Liste des livres exposés

1 – Brunier-Mestas, Marc, Sales bêtes, Lille : la belle époque, 2001.

2 – Cardenas-Castro, Alain, Les Récipients et accessoires des sens, texte de Christophe Comentale, peintures d’Alain Cardenas-Castro. Paris et Issy : chez les auteurs, 2017. 2 ex. originaux, 12 x 17 cm.

3 – Cardenas-Castro, Alain, Halos, textes de Christophe Comentale, Paris : Ed. du Fenouil, 2017. Carnet accordéon, 22 plis, encre, crayon, acrylique et pigment. Manuscrit, 2 ex.

4 – Comentale, Christophe, Liane, Paris : Chez l’auteur, 2015. Manuscrit unique, encre, gouache et collages

5 – Comentale, Christophe, Taches. Paris : Ed. du Fenouil, 2016. Ex. unique, 18 plis. Encre, gouache, acrylique et collages sur Chine appliqué. Boîte unique de Didier Scuderoni, structure et cadre en noyer, barreaux au plat supérieur en frêne.

6 – Coron, Béatrice, The impatient patient, New York : chez l’auteur, 2003.

7 – Digeon, Dominique, Dites, qu’avez-vous vu ? Presles : chez l’auteur2001. Manuscrit unique en accordéon, encre collage

8 – Dubuffet, Jean, Nunc et stand. Paris : galerie J. Bucher, 1966. Couverture calligraphiée par l’auteur

9 – Harranger, Frédéric, Chlorophytums et mahonias, texte de Christophe Comentale, peintures de Frédéric Harranger. Paris et Saint-Cyr l’Ecole : chez les auteurs, 2017. 3 ex. originaux, 17 x 10 cm.

10 – Heinsius, Daniel, Eloge du pou, Paris : Fulbert, 2017

11 – Krupp, Andrea, Nottamun town. Paris / Utrecht : Ed. Carina, 1987. [28] p. gravées sur bois, textes et images, plats gravés et marouflés. Reliure de l’artiste. Ex. 10/40, sur papier Kitakata.

12 – San Martin, José, Pasquinades, texte de Christophe Comentale, Paris & Saint Mandé : chez les auteurs, 2015.gouache, crayon, acrylique et collages

13 – Tabanou, Michel, 134 mouches sélectionnées, Paris : Anything / Nothing, 2001. Quadrichromie, une mouche en caoutchouc est collée sur la 1re de couverture.

 

Aimez & partagez :