Œuvres au lavis, sculptures de Yang Ermin et pierres à encre de sa collection

Musée Marcel Sahut, Volvic, du 21 septembre au 30 novembre 2019.

Commissariat de Christophe Comentale et Gwenn Gayet

Grâce au dynamisme éclairé du maire de Volvic, Mohand Hamoumou, le musée Marcel Sahut qui a fait l’objet d’une récente rénovation, continue de mettre en œuvre une politique d’expositions ouvertes. Il accueille l’œuvre de Yang Ermin, au total une quarantaine de lavis réalisés des années 80 à 2019, ainsi que deux sculptures en bronze de ce créateur.

Yang Ermin devant une œuvre récente lors de l’inauguration de son exposition. (à gauche) Yang Ermin, (2e à gauche, le maire de la ville, Mohand Hamoumou), des membres du Conseil municipal, parmi lesquels Daniel Baptiste, Nicole Laurent ; (à droite) Gwenn Gayet, directrice du Musée Sahut.

Continuer la lecture

A quoi rêvent les forêts ?

Expositions des œuvres d’Anouck Durand-Gasselin

Musée Denys Puech (Rodez), du 5 octobre 2019 au 12 janvier 2020

Galerie Réplique (Rodez), du 5 au 26 octobre, les vendredis, samedis et dimanches.

Une centaine d’œuvres d’Anouck Durand-Gasselin réalisées sur alu, plexiglas ou verre, en plâtre aussi, vont tirer parti de deux des trois niveaux du musée Denys Puech, vaste hôtel particulier construit — comme l’Institut de Paléontologie Humaine — en 1911. Un lieu qui sied tout à fait aux recherches de cette plasticienne et photographe dont le parcours est à mi-chemin entre science et enchantement. Une rigueur qui, heureusement n‘enlève rien aux délires de la Nature, source de vie, de plaisir et de remises en cause. Portrait d’une néonaturaliste de l’image.

par Christophe Comentale

 

Continuer la lecture

De la nouvelle apparition des formes contraintes et desservies : le cutter

par Alain Cardenas-Castro et Christophe Comentale

Le XXIe siècle ne cesse de décliner des contingents de produits de consommation courante voire virtuelle comme en réaction spontanée à une perte d’autonomie et face  à laquelle différents artistes ont opté pour des choix autres. Un des grands maîtres de ce courant informel est Claude-Nicolas Ledoux, il n’a cessé de faire école depuis lors.

Avec ses œuvres uniques Wahiba Daoussi a donné un nouveau souffle à ses objets de déréliction. Avec minutie elle nous oriente vers une approche intime des objets rappelant celle de Morandi.

Wahiba Daoussi, Le cutter (2019), pastel sur carton, 21 x 30 cm (coll. Privée) © Wahiba Daoussi

Continuer la lecture

A propos d’une photographie de Max T. Vargas et d’une chronique de Manuel Beltroy : recherches croisées pour préciser l’âge de Juan Manuel Cardenas-Castro (8)

par Alain Cardenas-Castro

Afin de lever l’ambiguïté quant à la date de naissance de Juan Manuel Cardenas-Castro pour laquelle il y a un doute concernant l‘année[1], j’ai entrepris d’analyser en détail la photographie la plus ancienne connue à ce jour dans le corpus des documents iconographiques de la famille Cárdenas (ill. 1) tout en tenant compte des informations provenant d’un article paru en 1964 dans un quotidien péruvien. En croisant ces nouvelles données avec celles antérieures, j’ai pu obtenir une date probable venant réduire les interrogations sur l’année de naissance de Juan Manuel.

(ill. 1) Maximiliano T. Vargas. Tirage argentique contrecollé sur carton brun, recto (s.d.), 11,5 x 18,5 cm, avec montage 13,5 x 20 cm (Col. A. Cardenas-C.)

Continuer la lecture

La collection François Dautresme entre objets d’art populaire et design intuitif

par Ma Li Dautresme
Propos introductifs d’Alain Cardenas-Castro et Christophe Comentale

Depuis la création du Musée chinois du quotidien le 11 juillet 2017, les choses ont un peu évolué, mais pas de façon exagérée !
La vie d’un musée est faite de répétition(s), toutes dans une continuité : il y a ce que le public voit quand il entre visiter les lieux, il y a aussi tout le travail de préparation, de conservation, les mouvements des collections, des objets. Bref tout ce qui se fait, en interne, pour que, progressivement, au fil du temps, les choses avancent. Cet axe bien spécifique, le travail sur les collections, ne cesse de préciser le statut et la valeur spécifique des pièces.
En parallèle, il est normal que des publications étoffent, accompagnent cet ensemble de données.
C’est pourquoi nous avons demandé à Ma Li Dautresme, elle aussi à l’initiative de ce beau projet, de nous livrer le fruit de son observation sur les collections familiales. Elle a choisi un texte  qui a déjà quelques années : il s’agit de son mémoire La collection François Dautresme entre objets d’art populaire et design intuitif, texte rédigé en 2016 alors qu’elle fréquentait l’école Camondo (Paris).

Continuer la lecture

Maisons, divinités et personnages de bois

par Christophe Comentale
Il est maintenant bien connu et admis que le bois est le matériau le plus utilisé en Chine pour la conception des structures immobilières. On a retrouvé des poteaux de fondations de maisons sur différents sites néolithiques, notamment à Liangzhu (3300-2000 av. n. ère), site imposant situé dans le delta du fleuve Yangzi ou Fleuve Bleu.
Pour fermer, orner, protéger de tels lieux de vie, les artisans sont, au fil des dynasties,  sollicités et vont redoubler d’inventivité ou au contraire reproduire des thèmes littéraires ou des motifs propitiatoires connus de tous et compris au premier regard pour donner un certain cachet aux demeures.
Les artisans chinois n’ont jamais cessé de produire des bois sculptés, les provinces côtières du Jiangsu et d’une importante partie du sud du pays montrent l’intérêt pour ce matériau aux ressources multiples.
Les notes consignées ci-après permettent de voir les imbrications entre le quotidien, les récits et le plaisir de ces reliefs de qualités très variables. Une constante : l’utile doit être beau, agréable à vivre.

Continuer la lecture

Charles Ferdinand de Lambilly, dessinateur et archéologue des lieux de voyages

par Christophe Comentale et Alain Cardenas-Castro

« J’ai toujours travaillé dans la solitude et d’après mes seules impressions » déclare Monet pour qui la création artistique est essentiellement celle de l’artiste au sein de son sujet.

Ces propos s’appliquent également à Charles Ferdinand de Lambilly, de quinze ans l’aîné de ce dessinateur et peintre amoureux des lieux incongrus et magiques.

De Lambilly naît le 26 mai 1825 à Neuilly au sein d’une famille française de souche noble, cinquième enfant d’une famille de treize, de Laurent de Lambilly, marquis, et de Mary Fifield, anglaise.

Continuer la lecture

A propos du 64e Salon de Montrouge

par Alain Cardenas-Castro et Christophe Comentale

Du 27 avril au 22 mai 2019 ; de 12h à 19h, 7j/7
. Ouvert les jours fériés.                              Le Beffroi, place Émile Cresp, 
Montrouge.
 M 4-Mairie de Montrouge

Le parvis de la mairie de Montrouge et le beffroi où se tient le 64e Salon de Montrouge. Scènes au fil des stands. On était passés voilà un certain nombre d’années, quand le Salon investissait aussi les étages et présentait des artistes qui passaient un temps fou devant des matériaux assez traditionnels, voire peut-être assez nocifs pour l’environnement, par exemple en ôtant à la Nature des pans de sa richesse : pierre, pigment,…

Continuer la lecture

José Félix Cardenas-Castro, peintre, architecte et politique, entre exil et retour au Pérou (7)

par Alain Cardenas-Castro

[…] José Félix Cardenas Castro, appelé aussi le nouvel artiste, est quasiment un enfant, il n’a que dix-sept ans et n’a pas eu de professeur pour son art si ce n’est la Nature même, en la contemplant, il s’en est inspiré et en la reproduisant il a acquis un savoir-faire comme nous le montrent ses œuvres. […]

 Cet extrait de l’article intitulé « El Cuzco. Cuna de artistas, González Gamarra – Eguren Larrea – Mendizábal – los hermanos Cardenas Castro », présente le dessinateur, peintre et architecte José Félix Cardenas-Castro (1899-1975), de manière élogieuse, comme un artiste émergeant à révéler au public. Cet article paru dans le n° 508 de la revue péruvienne Variedades, le 24 novembre 1917, met en avant le jeune autodidacte doué des talents certains de dessinateur et de peintre comme en témoignent les quatre œuvres reproduites en accompagnement de l’article. Une première peinture à l’huile, El Tocador de Quena (ill. 1) et trois dessins, Marena, India hiladora de los halrededores del Cuzco (ill. 2) ; Pasando un vado en el río Urubamba (ill. 3) ; El Correo (ill. 4).

Continuer la lecture

D’un thème récurrent, fascinant et honni, le faune

A propos de La détresse du faune, œuvre de Nicolas Lebel alias Lebelen

par Christophe Comentale

Pour sa réouverture en juillet 2018, le musée des arts et des sciences de Lodève, ancien Muséum devenu musée de Lodève, a tablé sur un thème a priori fédérateur, celui du faune dans l’art occidental classique et moderne.

Des faunes ?

Il y en a dans toutes les collections de France, de Navarre et d’outre-monts. L’équipe scientifique du musée a pu, outre un faune gigantesque dû au sculpteur Paul Dardé qui a, par ailleurs, les honneurs d’une partie du rez de chaussée, à l’aide de prêts des musées de France, obtenir des prêts de pièces antiques, médiévales, renaissantes et contemporaines. Belles pièces de l’école italienne, des Nabis, beaucoup de faunes dus à Picasso aussi.

Choix étincelant mais pour le moins incomplet. La visibilité était excellente…

Pendant ce temps, au même moment aux Marches du Palais, le musée chinois du quotidien ouvrait également. Le complément naturel du musée des arts et des sciences de Lodève…

La détresse du faune (2018), huile sur toile, 150 x 200 cm

Continuer la lecture