Le sifflet à pigeon, esthétique et utilitaire. À propos des pièces de la collection François Dautresme

par Christophe Comentale

« Sans un sifflet sur le postérieur, pas facile de dire qu’on est un pigeon du vieux Pékin »

Le sifflet à pigeon ou sifflet à clochettes appartient à cette typologie d’objets liés au vent utilisés depuis un millier d’années. Ils sont fabriqués dans différentes régions de la Chine, ceux de Pékin sont traditionnellement les plus appréciés. Ils ont des liens étroits avec l’histoire et la culture de cette ville.

Les questions les plus immédiates qui viennent à l’esprit sont de savoir qui les fabrique, quelles sont les histoires en rapport avec ces sifflets.

Sous la dynastie des Qing, le sifflet à pigeon voit son développement considérablement s’intensifier, en effet, le pouvoir impérial permet aux sujets qui sont sous les huit bannières le privilège de ressources qui les exemptent de travail. Que font alors ces nantis ? Ils s’occupent d’oiseaux, de criquets, de pigeons. Le plus populaire étant le sifflet à pigeons.

Un créateur de ces accessoires depuis plus de 50 ans, Zhang Baotong 张宝桐, a livré ses réflexions sur le sujet.

Qu’est-ce qu’un sifflet ?

Dans le film Adieu ma concubine《霸王别姬》, alors qu’il est dans une ruelle de la ville, l’acteur Zhang Guorong 张国荣entend en fond sonore le son d’un sifflet à pigeon.

Ce sifflet est placé au-dessus de la queue du volatile et il est devenu un son caractéristique du vieux Pékin, et c’est ainsi qu’il est utilisé dans les films et séries télévisées.

Pour en revenir au fabricant de sifflets Zhang Baotong, âgé de 68 ans, il habite à l’ouest de l’agence Chine nouvelle ; c’est là qu’il a vécu depuis l’enfance, et qu’avec un de ses voisins, Tao Zuowen 陶佐文, il a appris à fabriquer les sifflets. A l’époque, Monsieur Tao était l’un de ces sujets qui avait hérité du savoir de l’une des huit bannières pour la fabrication des sifflets.

Zhang Baotong dans son atelier.

A propos d’un autre fabricant de sifflets pékinois, He Yongjiang. Laissons aux sinisants le plaisir du texte.

鸽子哨——一世鸽哨情

01追寻那一响清音

北京鸽哨制作技艺“永”字门第四代传承人何永江,从小在护城河边长大,那些或粗犷或奔放的鸽子哨声一直伴随着他的成长。如果说八九岁开始学习制作鸽子哨是因为“巧”,那么能够一辈子做鸽子哨就是因为“痴”了,他手上那些大大小小的茧子、长长短短的疤痕或许就是最好的证明。他坦言:“做鸽子哨是一件枯燥、孤单的事,但当鸽子哨的声音在空中响起时,那些烦恼与疲惫也就瞬间消散了。

鸽哨制作工艺

何永江做鸽哨对于材料的选择相当严格:什么地方产的芦苇,什么时候摘的葫芦,哪个季节砍的竹子,这里面的学问可大了去了,“这苇子现在可难找了,你得把这苇子搁在手里捏不碎。这地方得离水近,还得是盐碱地,还得肥沃,因为没有肥它长不起来,找那点儿苇子太难了。这个葫芦必须是伏里头结的它才够结实。还有这竹子,必须得是冬天砍的竹子。夏天砍的竹子筋脉正在往外长,没有劲儿。冬天长的竹子,所有筋脉收回来,全收在这根儿这杆儿里了,憋着劲过年开春再长,这个东西你才砍下来。”

鸽子哨

鸽子哨用针别在鸽尾羽的根部,鸽子带哨也须经过训练,一般鸽子只能戴二筒、三联等小型鸽子哨。象众星捧月、十三太保这些大型鸽子哨,只有体格健壮的鸽子才能戴得动。

以哨的多少大小区分,有二筒、三联、五联、七星、九星、十一星、十三眼、三排、

五排、众星捧月、瀛洲学士、子母铃等名目。七星、九星、十三星就比较复杂了,用几种材料制作的大小不同的哨编排而成。如十三眼又叫十三太保,是用一个小葫芦连接一个大筒,前边加一个小哨,两边各加五个小哨,大小共十三哨,故名。三排,是在一块薄木板上摆三排,每排五个小哨,再加两排就成了五排。众星捧月,是一个大葫芦,四周装十二或十八个小哨。子母铃,是一个小葫芦加一个大筒和一个小哨,因响声有高有低,有粗有细,故曰子母。有的鸽子哨上火绘或雕刻各种花纹图案和文字。有的还把鸽子哨作成动物的头等形状。精致的鸽子哨也是很好的工艺美术品。

 工作原理

要使鸽哨发挥作用,需将鸽哨系在鸽身上,鸽哨的系法极有讲究。选鸽子尾翎的中间四根,在距离臀尖约一厘米左右,用针引棉线平穿而过,打结系牢,这一准备工作俗语叫“缝哨尾子”。哨口朝前,将哨口的有孔哨鼻插入四根尾翎的中间缝隙中。此时,鼻上小孔恰好露在尾翎之下。用长约5cm的钢丝穿过鼻孔,弯成圆圈,两端扣搭成环,以防张开,这样鸽哨就系好了。由于哨鼻嵌夹在尾翎缝隙中,前后又被鸽子的臀尖和棉线挡住,避免了向左右或上下移动,无论鸽子飞翔回旋还是仰钻俯冲都不会脱落。

鸽哨结构图

鸽哨的效果

随着鸽子飞放方式的不同而不同。鸽子自远方归来,回翔时,系哨起到预报的作用。鸽子围绕居所一再盘旋,这时最能体现哨子的作用。鸽群盘旋回转,哨口受风角度不一,哨音也强弱轻重有别,尤其是鸽群向左向右轮番回旋的时候,声响的变化更为明显、悦耳。鸽群偶尔自高而降,一落千丈,会突然哨声齐喑,倏乎哨音又复,停顿处令人有“此时无声胜有声”的感觉。欣赏哨鸣蓝天是养鸽者和聆听者共同的乐趣。

Le sifflet de pigeon (2009), réalisateur Fu Ning 付宁

《鸽子哨》是中央电视台电视剧制作中心、浙江华策影视联合出品的家庭生活剧。由付宁执导,秦海璐、王斑、李滨、谢钢等主演。

该剧讲述一个老北京大杂院里四户普通人家悲欢离合的故事 ; 43集

Résumé : 誓不往来。但杨大妈的儿子杨燕平却和米老师的女儿米晓菊从小相好。杨燕平从黑龙江回来,发现从山西插队回来的晓菊俗气了,这让燕平接受不了,二人分手。从此,晓菊发奋要靠自己的力量活得好,晓菊和同院生子的生意越做越红火。晓菊和燕平的婚姻没有结果,米老师学电脑的儿子晓书又爱上了杨大妈的女儿燕红。晓书在中关村打拼,在电脑业做出了成绩。晓菊却因一次期货生意失败而倾家荡产,生子为此付出了生命的代价,晓菊走进了监狱。然而,所有的这一切,让燕平更加了解了晓菊。几年后,燕平从监狱接出了晓菊,一切从头开始,美好的未来在等待着他们。

Le sifflet dans la Chine des années 2019, une présence autre. La vente de cet accessoire populaire s’effectue en ligne, comme pour tous les produits de consommation courante, en particulier ceux liés au loisir.

Renvois bibliographiques

 

Aimez & partagez :